Carta Rallye Morocco

Le Maroc est devenu la terre d’accueil de plus d’une trentaine de rallye annuel. Du 4L Trophy au Maroc Classic en passant par le très officiel Rallye raid FIA, tous les amateurs de liberté y trouvent l’espace nécessaire permettant d’assouvir cette passion liant mécanique, aventure et découverte. Né il y a 3 ans, le Carta rally imaginé par Chris Armelin offre aujourd’hui le choix entre plusieurs façons de vivre le “Rallye raid“. Débutants, amateurs ou gentlemen drivers expérimentés y trouvent le défi à leur portée sur 2 500 km au milieu de ce grandiose Sud Marocain.  cdn - copieCartaRally084

Reprenant la formule du rallye abordable qui fit le succès des Breslau et dont il s’occupa longtemps de la communication, Chris Armelin conscient de la forte demande lança le Carta rally il y a 3 ans. Avec aujourd’hui 70 inscrits, on peut dire que le pari de jouer l’aventure du rallye amateur dans le sable Marocain est réussi. Avec 35 équipages participants en catégorie Cross country (dont 7 en SSV), le rallye a vu le nombre de d’équipages doubler grâce au GPS Challenge (18 inscrits), qui demande des qualités certaines en navigation et en Discovery (16 équipages) qui regroupe ceux qui souhaitent découvrir la discipline et le Sud Marocain dans le cadre d’une organisation apportant le confort (hôtels), la sécurité du tracking, d’une assistance médicale et mécanique à la hauteur.

CartaRally031Les 70 équipages et leurs assistances s’étaient donnés rendez-vous à Merzouga pour prendre le départ de cette 3e édition. Oublié la route sans fin depuis parfois très loin au Nord de l’Europe. Le record revient à l’équipe de l’assistance médicale venue de Pologne. Côté concurrents, Hollandais, Anglais et Belges ont déjà oublié les températures hivernales pour s’éveiller sous le ciel bleu aux pieds des dunes de l’Erg Chebbi. Mais, dans cette ambiance de vacances, il faut donner un dernier tour de vis sur les autos et passer par les traditionnelles vérifications techniques qui se tiennent prêt de la tente Koni l’un des partenaires de l’épreuve. Licence Marocaine FRMSA en mains, les stickers posés, le breifing se tient dans le campement de tentes attenant à l’hôtel. Les explications précises au sujet de l’emploi de la balise (tracking), qui servira autant à l’établissement du classement qu’à la sécurité données, l’heure du premier départ enregistré, place au méchoui. Le Carta rally est dans les starting-blocks dans cette ambiance sympatique qui fait partie de ses atouts.

CartaRally032De l’Erg Chebbi à La plage Blanche

C’est par deux étapes de sable que débuta cette 3e édition et tout au long de ces presque 400 km, le jeu des CP manquants débuta. Entre les CP virtuels qu’il faut atteindre à moins de 50 m et les CP phisiques, la navigation joue un rôle primordial sur le Carta. Le parcours n’en est pas moins varié avec des passages rapides et du franchissement de dunes. Lors de ces spéciales de Merzouga, c’est en Cross country l’équipage Français composé de Benjamin Lattard et Patrick Jimbert le patron de RSC 4×4 sur Toyota qui prends l’avantage devant l’Allemand Markus Walcher sur Wildcat et l’un des puissants Toy 200 des Hollandais Lieshout et Kesselaar. Mais, dès le lendemain, juste derrière ce trio de tête pointent Gilles Girousse et Christophe Stutz (HDJ 80) suivi du magnifique Mitsubishi MPR09 de Benoit Soulas et Vincent Larre.CartaRally025L’étape de nuit qui mets évidemment en avant les qualités des produits de la gamme Anglaise de Lazer lamps, autre partenaire du rallye, fait le bonheur de nos équipages qui sur 25 km parcourus à la fraîche s’amusent comme des petits fous dans le labyrinthe des dunes sans réels risques au classement. Seul le camion du Belge Leon De Wit se plantera, mais il est le seul dans sa catégorie cette année. C’est le lendemain, sur la 4e étape vers M’Hamid (260 km), que certains commencent à souffrir, tels l’Allemand Fritz Becker sur Mercedes G (second l’an dernier), qui termine sur le camion de dépannage de l’organisation comme le Pajero du Portugais Bruno Cameirao victime d’un tonneau. Sur cette spéciale cassante seul le Hollandais Christoph Bangert ( Land Rover) résistera aux assauts des Français Jean-Jacques Jousseau (FJ Cruiser V8) et Patrick Jimbert (Toyota) et Girousse (Toyota) placés dans cet ordre au scratch affichant tout leurs CP. On note la belle remontée du Tomcat V8 des Hollandais Van Loon et Lemmen qui avaient fait une double caquette la veille dans les dunes.CartaRally060Dans la catégorie GPS Challenge, si la vitesse ne compte pas, se retrouver au milieu du dédale désertique n’est pas une mince affaire surtout lorsque le vent de sable s’en mêle. A ce jeu de piste c’est obligatoirement le team Offroad Equipement qui occupe la tête car le boss Raffi Miskdjian est venu avec pas moins de 7 équipages, tous sur Toyota HDJ 80. Au départ le couple Vauge devançait la tribu, mais c’est désormais le couple Froidure qui mène ce challenge plus que convivial.CartaRally055En Cross country, le plus difficile restait pourtant à venir avec ces deux étapes (245 et 190 km) dans l’Erg Chegaga ou la bagarre en tête continue à faire rage. De M’Hamid, le rallye prend la direction de Icht (province de Tata), via une spéciale de 330 km traversant une dernière fois le célèbre Oued Drâa avant de foncer sur la dernière longue étape de 374 km vers le célèbre fort de Bou-Jerif. Ça sent l’écurie et la mer, il reste aux rescapés à vivre la récompense bien méritée ; Un dernier run sur la plage Blanche.  C’est ici sur 25 km de rivage et une trentaine dans les dunes que les Français Patrick Jimbert et Benjamin Lattard s’imposent définitivement malgré le fait qu’il leur manque aussi quelques CP (1 CP manqué = 2 heures de pénalités). Le jeune Markus Walcher pointe derrière eux, prouvant que son expérience (Nombreux rallye raid et Championnat allemand GORM), s’accorde parfaitement avec un Wildcat V8 efficace tout juste préparé pour le Carta rally. Malgré quelques soucis mécaniques ces Bowler restent des machines redoutables. La 3e marche du podium revient à un autre équipage Français et pas des moindres. En effet, c’est Gilles Girousse qui fut navigué par son compère Christophe Stutz qui s’est avéré le plus rapide avec un Toyota HDJ 80, qui par rapport à l’an dernier n’a évolué que du côté des suspensions (Fournales). Une belle performance tricolore sur cette 3e édition. La fête qui suivra la remise des prix sera à la hauteur des pénitences endurées. Ils voulaient du sable, du soleil et des pistes sans fins pour s’y mesurer ? Les concurrents de ce rallye 2016 ont été servi.

CartaRally016Une nouvelle étoile brille bien dans le ciel des rallye raid amateurs. L’appui des autorités sportives Marocaines comme les partenariats sérieux avec Koni, Modul’Auto en France et Lazer lamps en Angleterre faisait partie des conditions indispensables pour passer à la vitesse supérieure lors de cette 3e édition dont la caravane comptait pas moins de 200 personnes. On peut saluer le travail de toute une équipe d’organisation qui elle aussi est internationale et qui outre les Français, intègre Anglais, Polonais, Allemands et Hollandais. L’internationale de l’aventure mécanique n’est pas une légende, la passion pour ce type d’épreuve ne faiblit pas, rendez-vous lors du 4e Carta rally.

« 1 de 3 »
PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest