D-Day Normandy

D-Day Normandy

D-DAY. En cette 73e année de commémoration du débarquement en Normandie, parmis les acteurs, les spectateurs, les organisateurs, jamais le devoir de souvenir n’avait semblé plus légitime. Face à la barbarie des attentats terroristes aveugles perpétrés ces derniers mois et comme durant cette semaine du souvenir, l’important était de rendre hommage à ceux qui se sont sacrifiés pour rendre au monde sa liberté. Par tradition, cet espoir de paix passait par la convivialité et la considération face aux vétérans.
Par Didier Griffoulière

DDAY001
Le défilé de Sainte-Mère-Eglise se déroula face à une foule innombrable

Comme c’est de coutume, depuis le 70e anniversaire du débarquement et en attendant le 75e, parcourir les petites routes de Normandie en Jeep n’imposait pas d’éviter les grands lieux de rendez-vous, sujets à des embouteillages. La Normandie baignée de soleil, ravitaillée en carburant contrairement à l’an dernier, accueillait en nombre nos passionnés d’histoire et tous ceux pour qui le devoir de souvenir reste impératif. Alors que les derniers attentats de Londres et Manchester sont au cœur de toutes les discussions, cela n’empêche pas les nombreux camps de reconstitutions organisés par les associations de résonner au son du clairon ou de Glen Miller. Pour beaucoup de participants actifs et certainement pour une majorité de spectateurs et de visiteurs, l’état d’esprit se résume ainsi…La paix n’est pas l’absence de guerre, c’est une vertu, un état d’esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice.

Sortie des villes symboliques, les passionnés ont pu gouter sans encombre à des circuits historiques en toute liberté sans la circulation excessive habituelle.
Sortie des villes symboliques, les passionnés ont pu gouter sans encombre à des circuits historiques en toute liberté sans la circulation excessive habituelle.

Les nombreux rendez-vous auxquels nous avons assisté étaient en total contraste les petites routes du bocages presque désertes. En effet, si rouler cheveux au vent en Jeep fut un vrai bonheur par ses températures clémentes, chaque événement, chaque inauguration de monument étaient synonyme de foule compacte. Si à Isigny et Carentan les convois de véhicules des associations rassemblèrent jusqu’à 200 machines défilants sous les applaudissements, à Sainte-Mère-Eglise, c’est une foule immense qui était au rendez-vous. L’anniversaire du débarquement est devenu bien plus qu’une célébration de la liberté, Le “6 juin“ c’est aussi un message de solidarité. Troupes Américaines et Allemandes symboliquement en tête, du défilé de ce dimanche 4 juin on retiendra l’émotion dans cette marée humaine. Les vétérans présents sur une scène place de l’église furent ensuite applaudis comme jamais. Mais, si la petite ville libérée dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 par les paras US est devenue la capitale symbole du débarquement, c’est le Cotentin dans son ensemble qui vit à l’heure de la bataille de Normandie. Du parachutage de La Fière au défilé de Carentan en passant par la marche pour la paix, le festival du film, le pique-nique géant d’Omaha, les bals, le feu d’artifice côtier, les inaugurations de stèles, de Quinéville (à l’Ouest) à Ouistreham (à l’Est), c’est comme chaque année un livre d’histoire qui s’ouvre.

Le célèbre vétéran “Vince“ Speranza était là avec ses camarades. Encore bon pied- bon œil, ils nous ont promis d’être là pour la 75e édition.
Le célèbre vétéran “Vince“ Speranza était là avec ses camarades. Encore bon pied- bon œil, ils nous ont promis d’être là pour la 75e édition.

On a beau se faire un programme, impossible de s’y tenir, les rencontres se font de plus en plus enrichissantes dans les camps de reconstitutions qui se multiplient et nous font entrer de plein pied dans la réalité de cette époque. Si pour beaucoup, c’est l’occasion d’une photo souvenir sur un Sherman ou à bord d’une Jeep, avoir le privilège de rouler dans un char nous rappelle que le simple fait de partir au combat faisait de l’équipage une sacrée équipe de héros. Les vétérans qu’on rencontre un peu partout et qui se tiennent debout, saluant leur drapeau lors des cérémonies commandent le respect…Et les “merci“ fusent lorsqu’ils traversent la foule.

La Normandie, c’est aussi souvent une histoire de famille.
La Normandie, c’est aussi souvent une histoire de famille.

La Normandie s’impose bien comme le symbole du sacrifice pour la liberté. Face aux fanatiques qui font fausse route, le jugement de l’histoire restant implacable, avant le 75e anniversaire du débarquement (2019), en juin 2018 la région organisera le 1e forum mondial pour la paix. Un événement qui peut sembler bien utopique, mais aujourd’hui, c’est peut-être encore ici, comme il y a 73 ans, que le monde changera.
Un grand remerciement s’impose à toutes les associations, clubs, comités, participants, presse locale, mairies et autorités qui permettent de transmettre ce que l’on peut considérer comme un fondement essentiel de notre histoire.

Merci à toutes celles qui rendent encore plus réel ces événements.
Merci à toutes celles qui rendent encore plus réel ces événements.
La galerie de portraits des participants à cette semaine du souvenir est infinie. Pardon à tous ceux qui n’y figurent pas.
La galerie de portraits des participants à cette semaine du souvenir est infinie. Pardon à tous ceux qui n’y figurent pas.

DDAY038DDAY019

« 1 de 4 »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest